Le guide de votre bien-être à domicile

Détente en voiture

Actualités

Prévenir le mal des transports avant et pendant le voyage

Le mal des transports, aussi appelé cinétose, résulte d’un conflit entre la perception visuelle, des récepteurs situés dans les muscles et la perception de l’oreille interne. Ainsi, ce que vous voyez ne correspond pas à ce que les récepteurs musculaires et votre oreille interne enregistrent et cela crée un déséquilibre qui va entraîner nausées et Vomissements.
Il existe des médicaments contre le mal des transports mais ils doivent être pris à titre préventif, car une fois que le mal est là, le médicament n'aura aucun effet.
-Avant le départ
S'assurer que l'enfant a bien dormi et que ce dernier ne sera pas fatigué pendant le voyage. Toujours faire partir son enfant le ventre plein, mais sans excès. Même si le voyage commence le matin très tôt, il est impératif de faire petit-déjeuner son enfant. Si le départ n'a pas lieu le matin, s'assurer que l'enfant a mangé. Il est conseillé de manger léger avant un voyage...
Lui donner un traitement anti-mal des transports une heure environ avant le départ en respectant scrupuleusement la notice.
Ces médicaments provoquent généralement des effets de somnolence, il est donc en aucun cas envisageable d'en donner au conducteur.
Si l'enfant est assez âgé (10 ans), il est possible de le placer sur le siège avant à droite du conducteur avant qu'il voit mieux la route.
-Pendant le voyage
Pendant le voyage, éviter de stresser l'enfant : ne pas mettre de musique trop forte, faire attention à ce que le soleil n'arrive pas directement sur sa tête, faire des pauses régulières afin qu'il puisse faire ses commodités et se détendre les jambes... A l'inverse, n'en faites pas le centre de votre intérêt ou de toutes les conversations : cela lui évitera de se "sentir" malade même s'il ne l'est pas. Laisser la fenêtre de la personne sujette au mal des transport au moins toujours légèrement entrouverte : l'odeur des plastiques internes, surtout dans une voitures neuves, participe à la nausée.
Bien s'asseoir dans son siège, ne pas avoir la vue cachée. Ne pas lire, jouer sur écran, etc. mais regarder plutôt la direction dans laquelle on va. Vérifier que l'enfant ne change pas d'attitude soudainement. En particulier s'il se calme et se concentre sur la route, c'est qu'il doit commencer à avoir la nausée. Il convient alors de s'arrêter un peu pour le laisser reprendre son souffle. Le mettre en position légèrement allongée si besoin est. Fermer les yeux. L'aider a se concentrer sur quelque chose en particulier, sans penser au mal des transports. Des jeux (celui qui voit la première voiture rose à gagné, par exemple...) aident à sortir d'une obsession.
"Au cas où", prévoir : un sac plastique, une bouteille d'eau peu sucrée, du sopalin, un petit en cas (un fruit...).