Le guide de votre bien-être à domicile

Détente en voiture

Actualités

Comment vaincre l'amaxophobie?

Certaines personnes peuvent dépasser leur angoisse de conduire sans qu’elles aient besoin de suivre une thérapie en particulier. Certaines précautions sont toutefois à prendre afin d’éviter les accidents de toute sorte.Il est indispensable de bien assimiler les théories sur la conduite de voiture, autrement dît, le code de la route.
Il est important de bien apprendre les techniques pratiques en rapport avec la conduite de voiture : les règles de changement de vitesses, le maintien d’une bonne distance de sécurité, le frein à moteur, les bases du démarrage en côte, les manœuvres pour le stationnement dans un parking…
Même après l’obtention du permis de conduire, des cours de perfectionnement en conduite peuvent être nécessaires lorsque la personne estime encore ne pas maîtriser les techniques de la conduite de voiture.
Il convient de trouver un coach qui propose un service d’assistance lors des entraînements à la conduite de sa voiture personnelle.
Il est indispensable d’apprendre à conduire seul sa voiture sur un trajet court et bien connu du conducteur. Il faut s’entraîner pendant des semaines avant d’acquérir une certaine autonomie et ainsi gagner en confiance en soi. C’est juste après cela que le conducteur peut essayer de rouler sur d’autres routes et chemins.

 La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) est une thérapie le plus souvent brève et validée scientifiquement.
Celle-ci se divise en trois grandes étapes :
-La première étape consiste à informer le patient, à lui donner différentes informations, que ce soit sur les phobies en règle générale ou sur sa phobie en particulier. Un « contrat » thérapeutique est mis en place, celu-ci définissant clairement les ojectifs à atteindre de façon progressive.

-Dans un deuxième temps, le psychologue va aider le patient à isoler ses pensées dysfonctionnelles (c'est à dire ses pensées « automatiques ») de façon à modifier son schéma de pensées.
Enfin, le psychologue va exposer de façon très progressive la personne phobique à l'objet de sa peur de façon à « désensibiliser » le patient au fur et à mesure des séances.
Des séances théoriques et des applications pratiques sont proposées. Même s'il s'agit d'une thérapie qualifiée de « brêve », le traitement peut s'avérer relativement long, la thérapie pouvant s’étaler sur plusieurs semaines ou plusieurs mois selon le patient.

Le psychologue pourra également proposer une aide médicamenteuse pour aider le patient à vaincre sa phobie.
Un rapport français de l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) datant de 2004 indique que les psychothérapies sont efficaces dans quinze troubles cliniques étudiés sur seize.