Le guide de votre bien-être à domicile

Actualités

Limiter la pollution à l’intérieur de la voiture

Dans sa dernière recherche, l’ASEF ou Association Santé Environnement France s’est intéressé au taux des polluants automobiles qui se retrouvent dans l’air intérieur de la voiture. Les résultats ont démontré que l’habitacle ne permet pas de fuir la pollution extérieure.

L’étude

De 8 h à 10 h, les experts de l’ASEF ont réalisé des tests sur les axes importants de Paris, de Grenoble et de l’agglomération Aix-Marseille. Cette démarche leur a permis de mesurer en microgrammes par mètres cubes la présence de particules fines PM2.5 et PM1, de benzène C6H6 et de dioxyde d’azote NO2 dans les voitures malgré l’utilisation des filtres. Ces polluants sont liés aux troubles respiratoires, aux allergies, aux asthmes et aux cancers qui s’aggravent suivant la durée et l’intensité d’exposition.

L’ASEF s’est surtout intéressé aux voitures diesel de 1 à 17 ans qui dominent le parc français et l’étude sélectionné une Peugeot 306 (1996), une Fiat Doblo (2005), une Renault Scénic (2001), une BMW Série 1 (2010), une Peugeot 308 SW (2012) et une Ford C-Max (2011) et les résultats obtenus ont dépassé les seuils critiques instaurés par l’Union Européenne et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : entre 75 et plus de 110 μg/m3 (microgrammes par mètre cube) de particules fines PM2.5 à Paris si la valeur limite annuelle de l’Union Européenne est de 25 μg/m3 pour cette année 2013.

Les solutions

Pour une rétablir la détente en voiture et éviter un empoisonnement journalier, les spécialistes de l’ASEF conseillent aux automobilistes d’aérer l’habitacle en ouvrant les fenêtres en dehors des embouteillages, utiliser le recyclage de l’air dans les tunnels, entretenir régulièrement la climatisation et opter pour des huiles essentielles parfumées au lieu des désodorisants riches en substances chimiques actives.